Théâtre - Nuits singulières

UNE CRÉATION THÉÂTRALE DE JOËL POMMERAT

ça ira(1) Fin de Louis

06 avril 2018 > 19 : 00
07 avril 2018 > 19 : 00
Durée : 4H30 (avec entractes)
Tout public dès 14 ans

Tarifs

Tarif : 24€ / CARTE 17€
Tarif réduit : 18€ / CARTE 13€

0.0/5 Note (0 votes)

Un spectacle-EVENEMENT. Un spectacle-MAJUSCULE. Un spectacle REVOLUTIONNAIRE à plus d’un titre...
Par son thème : une fiction politique inspirée de 1789 qui touche à l’imaginaire collectif et au roman national.
Par son dispositif : une quinzaine de comédiens, des dizaines de personnages.
Par son ambition : vivre et faire vivre la Révolution de 1789.
Par sa durée : un thriller politique captivant, qui nous tient en haleine durant 4 heures et deux entractes exceptionnelles.
Par sa rareté : une « super-production » française qui met en branle une saga épique.
Par la reconnaissance professionnelle, la critique, l’émotion et le bouche-à-oreilles publics phénoménaux suscités par sa création : "Ça ira (1) Fin de Louis", spectacle aux 3 Molière (Molière du théâtre public, du metteur en scène et de l’auteur francophone de l’année) a été unanimement salué. Mais "Ça ira (1) Fin de Louis" est avant tout un spectacle-a-vivre. Un spectacle-experience... de celle dont vous vous souviendrez longtemps et que vous pourrez raconter à vos amis, vos enfants, voire vos petits-enfants... Cette expérience nous vous proposons de la partager ensemble, jusqu’au bout de la nuit, dans toute...
... l’intensité des scènes qui s’enchaînent à toute allure, fracassantes, entraînant le public dans une véritable transe,
... l’immersion théâtrale, une plongée dans un autre monde, un autre temps, ceux du théâtre, de Joël Pommerat, de la révolution, de l’imaginaire en action...

La révolution en marche...
Dans le royaume de France, la crise financière fait rage. Nous sommes en 1787 et à Versailles, la monarchie s’inquiète. Augmenter les impôts oui, mais à quel prix ? Réinventer le pays avec une nouvelle loi de finance, vous n’y pensez pas... Pourtant, la poudre attend son feu et c’est bien déjà chose faite : des assemblées de notables s’organisent, des conseils citoyens plus modestes aussi, dans les campagnes, partout, la paille s’amasse et attend le grand embrasement. Les Etats Généraux se mettent laborieusement en place. Ces derniers réussiront-ils à réunir le clergé, la noblesse ainsi que le tiers etat sous un même toit?

Un théâtre dont vous êtes l’acteur : Joël Pommerat fait sa révolution
Joël Pommerat dynamite avec brio les codes scéniques. Il réussit le prodige de nous prendre à témoin, mais aussi de nous transformer en acteur de ce moment dramatique, historique, où la France monarchique a sombré pour laisser place à une République balbutiante. En effet, dans "Ça ira (1) fin de Louis", le public est au centre même de l’action. La salle devient littéralement le théâtre de l’assemblée et la mécanique immersive permet à Joël Pommerat de transformer le spectateur en député, l’installant à une place inédite et surprenante, celle d’acteur à part entière.

Un théâtre-épique
Le climat est électrique. L’ambiance survoltée. Rien ne va plus. La France est au bord de la banqueroute. La scène respire au rythme d’une fresque endiablée. Sur scène, comme dans la salle, les invectives fusent. les joutes verbales s’enchaînent, comme les retournements de situation. Vous croirez reconnaître l’intransigeance de Robespierre, le culot de Marat, la pondération de Condorcet, la noblesse de Mirabeau. Leurs positions, leurs idéaux, leurs doutes s’incarnent pendant près de quatre heures trente, à travers quatorze comédiens qui ont travaillé pendant de nombreux mois pour que rien n’aille de soi dans la saga, pour que l’histoire éclate à la figure comme au premier jour.

Joël Pommerat nous invite à vivre de l’intérieur à assister à la naissance chaotique et douloureuse d’une démocratie moderne. Pédagogique, immersif, son spectacle creuse une plongée dans les arcanes du pouvoir. Il raconte l’opportunisme des uns, le sens du devoir des autres, le radicalisme et la tentation du retour au totalitarisme, la colère du peuple, la représentation politique et la légitimité du pouvoir la leçon est magistrale, percutante. Leçon de démocratie, rappel de notre héritage commun, un grand spectacle, d’utilité publique et jalonné de traits d’humour.

Et aussi ...

LES NUITS SINGULIERES DU CARRE #2 : AU COEUR DE L’EPOPEE, LE CARRE FAIT SON FESTIVAL...

A l’occasion de l’accueil de Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, Le Carré vous invite à partager une expérience festivalienne en ses murs. Le Carré vous propose un accueil et une ambiance festivaliens pour une expérience de quatre heures et deux entractes exceptionnels. Buffets, bar, collation chaude et rafraîchissements, tout sera prévu pour vous accompagner... ensemble, jusqu’au bout de la Nuit !

AVEC SAADIA BENTAÏEB, AGNES BERTHON, YANNICK CHOIRAT, ÉRIC FELDMAN, PHILIPPE FRECON, YVAIN JUILLARD, ANTHONY MOREAU, RUTH OLAIZOLA, GÉRARD POTIER, ANNE ROTGER, DAVID SIGHICELLI, MAXIME TSHIBANGU, SIMON VERJANS, BOGDAN ZAMFIR
SCENOGRAPHIE ET LUMIERE ÉRIC SOYER
COSTUMES ET RECHERCHES VISUELLES ISABELLE DEFFIN
SON FRANÇOIS ET GREGOIRE LEYMARIE
RECHERCHE MUSICALE GILLES RICO
RECHERCHE SONORE ET SPATIALISATION GRÉGOIRE LEYMARIE ET MANUEL PÔLETTI (MUSICUNIT / IRCAM)
DRAMATURGIE MARION BOUDIER
COLLABORATION ARTISTIQUE MARIE PIEMONTESE, PHILIPPE CARBONNEAUX
CONSEILLER HISTORIQUE GUILLAUME MAZEAU
ASSISTANT DRAMATURGIE ET DOCUMENTATION GUILLAUME LAMBERT
ASSISTANTS FORCES VIVES DAVID CHARIER, LUCIA TROTTA
ASSISTANTE A LA MISE EN SCENE LUCIA TROTTA
DIRECTION TECHNIQUE EMMANUEL ABATE
CONSTRUCTION DECORS ATELIERS DE NANTERRE-AMANDIERS
CONSTRUCTION MOBILIER THOMAS RAMON – ARTOM
REGIE LUMIERE JULIEN CHATENET 
REGIE SON GRÉGOIRE LEYMARIE
REGIE PLATEAU LUDOVIC VELON, MATHIEU MIRONNET, JEAN-PIERRE COSTANZIELLO
HABILLEUSES CLAIRE LEZER ET SIEGRID PETIT-IMBERT
ELECTRICIEN LAURENT BERGER
PRODUCTION : COMPAGNIE LOUIS BROUILLARD COPRODUCTION : NANTERRE-AMANDIERS/CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL, LE MANEGE-MONS/SCENE TRANSFRONTALIERE DE CRÉATION ET DE DIFFUSION, MONS 2015/CAPITALE EUROPÉENNE DE LA CULTURE, THÉÂTRE NATIONAL/BRUXELLES, ESACT/LIEGE, LES THÉÂTRES DE LA VILLE DE LUXEMBOURG, MC2/MAISON DE LA CULTURE DE GRENOBLE, LA FILATURE/SCENE NATIONALE DE MULHOUSE, ESPACE MALRAUX/SCENE NATIONALE DE CHAMBÉRY ET DE LA SAVOIE, THÉÂTRE DU NORD/CDN LILLE-TOURCOING-NORD-PAS-DE-CALAIS, FACM/FESTIVAL THÉÂTRAL DU VAL D’OISE, L’APOSTROPHE/SCENE NATIONALE DE CERGY-PONTOISE ET DU VAL D’OISE, MOSTRA INTERNACIONAL DE TEATRO DE SÃO PAULO ET SESC SÃO PAULO,
THÉÂTRE FRANÇAIS DU CENTRE NATIONAL DES ARTS DU CANADA/OTTAWA, THÉÂTRE NATIONAL POPULAIRE/VILLEURBANNE ET CÉLESTINS/THÉÂTRE DE LYON, LE VOLCAN/SCENE NATIONALE DU HAVRE, LE RIVE GAUCHE/SCENE CONVENTIONNÉE DE ST ETIENNE-DU-ROUVRAY, BONLIEU/SCENE NATIONALE D’ANNECY, LE GRAND T/THÉÂTRE DE LOIRE-ATLANTIQUE NANTES. AVEC LE SOUTIEN DE LA SACD ET D’ARCADI ÎLE-DE-FRANCE.
LES RÉPÉTITIONS DE ÇA IRA (1) FIN DE LOUIS ONT ÉTÉ ACCUEILLIES A NANTERRE-AMANDIERS, AU CNCDC CHÂTEAUVALLON, A L’ESACT/LA CHAUFFERIE ACTE1/LIEGE, AU CENTQUATRE, A LA FERME DU BUISSON, AU THÉÂTRE DES BOUFFES DU NORD, A LA COMMUNE, CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL D’AUBERVILLIERS.

Crédit photo : Elisabeth Carecchio